+41 22 311 10 80 contact@stor-h.com
ELECTRIC_ROAD

Communiqué de Presse – Interview Stéphane Aver  octobre 2021 

 

Interview exclusive de Stéphane Aver, PDG de Aaqius #ELECTRICROAD 2021

L’entreprise franco-suisse prépare le déploiement de sa solution de cartouches à hydrogène pour la mobilité dans plusieurs pays. Elle travaille en parallèle sur l’hydrogène naturel, qui pourrait être le coup d’après en Afrique.

 

PEUT-ON D’ABORD RAPPELER LE PRINCIPE DE VOS CARTOUCHES D’HYDROGENE ?

Avant tout, la technologie permet de régler le problème des infrastructures. C’est un procédé qui permet de stocker l’hydrogène de façon très flexible et qui ne présente pas de caractère intrusif en ville.. Nos abonnés peuvent obtenir des cartouches chez les concessionnaires, des commerçants, ou encore dans un distributeur intégré dans le mobilier urbain. Nous en

discutons avec des opérateurs de transport public. Un distributeur de ce type ne consomme que 200 w par jour. Il est même possible de faire la recharge à la maison, grâce à un home charger que nous proposons. En fait, notre filiale STOR-H vend un service de mobilité hydrogène à ses abonnés.. Nos cartouches contiennent de l’hydrogène vert et contribuent à l’économie circulaire. Et en plus, nous proposons tout un package, avec une assurance et la maintenance. La technologie va évoluer, car nous allons lancer en 2023 une nouvelle génération de cartouches, dotées d’un matériau de stockage qui offre des capacités supérieures proches de celles d’une Toyota Mirai.

Stéphane Aver

QUELS SONT VOS PARTENAIRES AUJOURD’HUI ?

Nous ne produisons pas de véhicules. Aussi, nous avons des partenariats comme avec Cycleurope, qui est l’un des plus gros fabricants de vélos. Notre solution avec pile à combustible de 200w à 1kw et cartouches peut s’intégrer dans 6 modèles de sa gamme, avec deux ou trois roues. Le dernier en date est le Kholos, un tricycle avec un emport 150 kg à l’arrière. Réalisé avec l’aide de l’équipementier Valeo, ce vélo à hydrogène a été présenté à l’Elysée en juillet dernier, dans le cadre de La Grande Exposition du Fabriqué en France. Dans le domaine des scooters, nous travaillons avec la marque française Mob-Ion, qui produit des scooters électriques, et développe maintenant le scooter STOR-H à l’hydrogène. Nous avons fait le choix du marché du véhicule léger, qui est segment de masse en forte croissance. Nous travaillons également au développement de petites voitures de 500 kg, avec des acteurs comme NoSmoke et Gazelle Tech. 


COMMENT VA S’OPERER LE DEPLOIEMENT DE VOTRE SOLUTION STOR-H ?

Nous avons actuellement trois zones prioritaires qui sont la Suisse et la France, le Maroc la Chine. Actuellement, le déploiement est en cours au sein du Grand Genève. Nos cartouches sont produites sur place à Genève, nous attaquons d’abord le marché du B to B avec de grandes entreprises comme le groupe Hitachi ABB qui sont nos partenaires, et chez qui STOR-H est installé à Genève. Nous leur fournissons des vélos de type Sneakers fabriqués par Cycleurope sous la marque Gitane et équipés de cartouches STOR-H. Le déploiement est prévu également du côté français. L’objectif est d’avoir plusieurs milliers de véhicules en 2023 au sein du Grand Genève. Dans l’hexagone, nous avons des projets en région parisienne, dans le sud (sud-ouest et sud-est), ainsi que dans des zones insulaires où l’hydrogène fait encore plus sens. Un autre grand marché potentiel est la Chine, où nous avons pris du retard en raison du Covid. Malgré cela nous maintenons nos objectifs de 35000 véhicules en 2024. Nous avons des accords avec plusieurs villes et travaillons avec Censtar, un acteur qui opère déjà 38 stations à hydrogène là-bas et exploite également des stations classiques.

Les velos STOR-H

 

 

VOUS PREPAREZ UN DEPLOIEMENT AU MAROC ?

Exact. Nous étions venus à la COP22 de Marrakech afin de présenter notre solution STOR-H, qui avait été dévoilée un an plus tôt à Paris lors de la COP21. Elle a trouvé un écho auprès des autorités marocaines, qui sont engagées depuis déjà 30 ans dans la transition énergétique et avaient lancé une réflexion sur l’hydrogène. Localement, nous avons passé des accords avec Marrakech, Tanger et Ben Guérir. Ce pays est intéressant, car il y a des contraintes liées à la chaleur et il faut adapter la pile à combustible. L’objectif est de déployer à partir de 2022 plusieurs centaines de véhicules, à deux et trois roues et sous les marques Gitane et Peugeot. Le Maroc ambitionne également développer à l’Université Polytechnique Mohammed VI son propre vélo à hydrogène, badgé STOR-H. Ce pays est un hub pour la mobilité légère zéro émission pour l’Afrique
notamment.


LE MAROC, ET PLUS GLOBALEMENT L’AFRIQUE VONT JOUER UN ROLE DANS LE DOMAINE DE L’HYDROGENE SELON VOUS ?


En effet. En ce qui concerne le Maroc, il y a une volonté claire de produire de l’hydrogène
vert pour assurer son développement régional dans le domaine de la transition énergétique, sachant que les ambitions sont également mondiales. Le royaume a une feuille de route et prévoit des giga factories. Si le Maroc vise dans un premier temps une production d’hydrogène vert, il prévoit le coup d’après avec de l’hydrogène naturel. Il se trouve que plusieurs sites ont été identifiés. C’est là qu’Aaqius entre en scène avec son autre filiale Hynat, qui a pour vocation de rechercher et d’exploiter de tels gisements. Nous travaillons depuis 5 ans sur ce sujet, à partir de notre centre de R&D de Paris avec une équipe spécialisée dirigée par notre CTO, le Dr Alain Prinzhofer. Ce géologue a passé 20 ans à l’Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (IFPEN). Il est également directeur scientifique de GEO4U (Brésil) dans le secteur de l’exploration du gaz naturel, professeur affilié à l’Institut de physique du globe de Paris et au Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain (LIED-UMR, Paris-7). Avec le Maroc, nous avons passé un protocole d’accord pour engager des travaux techniques. Hynat estime que l’Afrique offre un grand potentiel pour l’hydrogène naturel et dans plusieurs pays.

 

POURQUOI AVEZ-VOUS FAIT LE CHOIX DE PARTICIPER A ELECTRIC-ROAD ?


Pour y présenter l’offre de mobilité hydrogène STOR
-H avec un stand avec nos partenaires constructeurs et offrir la possibilité de faire un « ride & drive » avec plusieurs véhicules. C’est aussi pour nous l’occasion de participer aux conférences. Ainsi, je participerai le 19 octobre à une table ronde sur l’hydrogène vert, sachant que Michael Lévy, le VicePrésident d’Aaqius en charge de l’innovation présentera le concept STOR-H et qu’Alain Prinzhofer parlera aussi d’hydrogène naturel, et tout cela le même jour.

 

 

Stand STOR-H

À propos de STOR-H Technologies SA

STOR-H Technologies SA est une société du groupe suisse AAQIUS, spécialisée dans le développement de technologies de rupture « bas carbone » pour le transport et l’énergie. AAQIUS a notamment créé avec succès des solutions « à faible émission de CO2 » pour les moteurs thermiques tels que les filtres à particules ou encore la SCR pour éliminer les oxydes d’azote. Ses technologies sont devenues aujourd’hui des standards mondiaux dans l’industrie automobile. STOR-H Technologies SA, dont le siège est à Genève, développe un système complet de mobilité légère basé sur un nouveau standard de stockage d’hydrogène à très basse pression dans des cartouches « Plug & Play ».

 

Contact Presse :
C-Matrix Communications
Frédéric Vormus
frederic.vormus@cmatrix.ch
+41 763 823 913